Historique

Publié le : 02 octobre 20174 mins de lecture

L’Office Municipal d’HLM de SAINT-PRIEST est créé en juillet 1931.

En 1938, le premier groupe de l’Office voit le jour. Il est consituté de 64 logements ; les HBM (Habitations à Bon Marché).

Après la Seconde Guerre Mondiale, les industries se développent sur le territoire de Saint-Priest, c’est l’époque du Baby-Boom et de l’afflux des ruraux vers les villes et la décolonisation ; la demande de logements se fait pressante.

Entre 1954 et 1968, l’Office va connaître un développement spectaculaire : 946 logements sont construits en périphérie du bourg et autour des points stratégiques de développement de Saint-Priest.
Deux ensembles témoignent de cette croissance : Edouard Herriot (500 logements) et La Cordière (300 logements).

De 1968 à 1978, le mouvement s’accélère. C’est l’époque de la construction en masse et l’apparition des grands ensembles, notamment celui de Bel Air à Saint-Priest. L’Office intègre le département du Rhône en 1968. La Communauté Urbaine de LYON est créée en 1969 et l’Office devient communautaire en 1971. Pendant ces dix ans, l’Office construit 2 720 logements, soit les 2/3 de son patrimoine actuel.

L’Office construit, l’Office loge. Des milliers de familles accèdent à un logement de qualité. Ces grandes constructions étaient alors enviées et représentaient un progrès remarquable.

Répondre à un besoin est une chose, gérer en est une autre. Les grands ensembles sont déjà en crise dans les années 80. Les constructions se font plus modestes, les modes de financement se diversifient. Le patrimoine ne grossira que de 266 unités entre 1978 et 1988, avec des programmes de 20 à 40 logements environ.

L’accession à la propriété apparaît à l’Office et se développe entre 1977 et 1985 : 311 ménages deviennent propriétaires.

Au seuil des années 90, les préoccupations se déplacent : il faut développer l’entretien des immeubles, poursuivre les réhabilitations qui avaient démarré dès 1978, et se rapprocher du locataire.

Quatre antennes techniques décentralisées sont créées  ; une commission mixte est mise en place intégrant les représentants des associations de locataires et les administrateurs : elle deviendra le Conseil de Concertation Locatif, rendu obligatoire au sein des organismes par la loi sur la Solidarité et le Renouvellement Urbain. Le locataire est désormais un partenaire permanent de l’Office dans l’ensemble de ses activités.

De 1989 à 2004, même si elle est ralentie, l’activité de construction neuve perdure : l’Office devenu Porte des Alpes Habitat en 1997, construit ou acquiert 307 logements.

En 2004 et 2005, l’Office, conscient de la nécessité de se développer pour faire face la forte demande de logements, tout en poursuivant sa démarche de qualité, accroît son offre locative : 61 logements nouveaux sont créés ou acquis.

Par ailleurs, un groupement d’intérêt économique créé avec l’OPAC de Villeurbanne dont l’objet principal est la recherche foncière doit permettre de développer l’offre locative sociale et l’accession à la propriété.

Une opération d’envergure, l’acquisition de 95 logements de la Cité Berliet, emblématique de Saint-Priest, est engagée dès 2005. La réhabilitation de ces logements interviendra dès l’année prochaine.

En 2006 également, les premières opérations de renouvellement urbain verront le jour : une partie des LOPOFA, soit 20 logements construits en 1957, sera démolie. 56 logements seront reconstruits dans un périmètre proche.

Avec ses partenaires privilégiés que sont la Ville de Saint-Priest et le Grand Lyon, l’Office s’engage dans les années à venir dans une phase de développement tout en poursuivant sa politique d’amélioration du patrimoine et sa gestion sociale de proximité.

Plan du site